fbpx Gestion des déchets alimentaires en trek | RandoPays®

Gestion des déchets alimentaires en trek

Sur les territoires où RandoPays® organise ses treks pédestres, randonnées chamelières ou expés à raquette-pulka, la gestion des ordures ménagères n'est pas toujours efficace : Mauritanie, Groenland, Russie...
Il nous est donc insupportable que notre activité apporte à ces pays les problèmes que nous peinons à résoudre en France.
Un repas lyophilisé est généralement conditionné dans un emballage individuel fait de plastique et d'aluminium. Autant de composants peu naturels qui ne seront pas recyclés sur place.

Tout en limitant à son strict minimum le recours à cette nourriture de trek, j'ai décidé d'optimiser son conditionnement.

  1. En France, les plats lyophilisés sont retirés de leur emballage qui est lui-même apporté au recyclage des déchets ménagers chez nous.
  2. Comme ils sont secs, les plats sont versés dans un sac en papier kraft, lequel est placé dans un emballage plastique de congélation, pour le protéger de l'humidité et des déchirures.
    1. pourquoi ne pas verser directement dans l'emballage plastique ? Parce que le repas souille le plastique, ainsi rendu inutilisable. Restons cohérents !
  3. Sur le terrain, tous les participant·e·s mangent le même plat lyophilisé dont la préparation est mutualisée dans une ou plusieurs gamelles. C'est nettement plus convivial : on évite de manger chacun dans son emballage d'origine, comme le préconise la marque.
  4. à la fin du repas,
    • les sacs plastiques n'ont toujours pas eu de contact avec la nourriture. Ils sont réutilisables.
    • les sacs en papier kraft peuvent être brûlés sur place ou rapportés pour être réutilisés s'ils sont corrects.

 

 

Dans un sachet en papier kraft alimentaire, la poudre des lyophs ne bouge pas.
Les emballages des lyophs sont rigides, encombrants et peu pratiques surtout lorsqu'on est en groupe.
Les participants du trek se répartissent la nourriture collective en toute connaissance de cause